Pourquoi faire une analyse concurrentielle pour développer une campagne de communication ?

Toute bonne stratégie, marketing ou autres, intègre forcément une analyse concurrentielle. Cette analyse concurrentielle répond à deux principaux objectifs à savoir : la  définition de la stratégie à adopter et la détermination du positionnement.

Comment réaliser une bonne analyse concurrentielle ?

analyse-concurrentielle.jpg

En effet, grâce aux informations concernant le secteur externe, plus précisément sur les concurrents, il est plus facile de déterminer les stratégies à adopter pour mieux exploiter ou pénétrer le marché car ces informations renseignent sur la force des concurrents ainsi que leurs faiblesses. Les résultats de l’analyse concurrentielle permettent aussi aux différents acteurs de l’organisation (actionnaires, investisseurs, salariés…) de positionner l’élément étudié (un produit, une marque ou l’entreprise elle-même) par rapport à la concurrence. Ces deux objectifs de l’analyse concurrentielle sont interdépendants car à partir du positionnement, l’organisation pourra rectifier sa stratégie.
Une bonne analyse concurrentielle implique la détermination des différents acteurs sur le même secteur. Une fois les « concurrents » listés, il faudra déterminer leurs forces et leurs faiblesses. En se mettant à la place des consommateurs, il est plus facile de répondre aux questions suivantes : « Pourquoi aller vers un tel produit, une telle marque ou une telle entreprise plutôt qu’une autre ? Pourquoi rester fidèle et ne pas aller vers d’autres ? » Etc…

Comment interpréter une analyse concurrentielle pour se différencier ?

interpreter-une-analyse-concurrentielle.jpg

L’analyse concurrentielle permet de préciser sa stratégie. En effet, à partir des données que fait ressortir cette étude, l’organisation peut agir de façon à se différencier ou à différencier ses produits de ceux de la concurrence.
L’équipe chargée de l’étude portera une attention particulière sur deux paramètres clés : les forces et les faiblesses. Les forces de la concurrence seront considérées comme des menaces et les faiblesses comme des opportunités. Par conséquent, ces informations permettront de déterminer les points sur lesquels l’entreprise peut se développer, en proposant par exemple ce que la concurrence n’est pas en mesure de proposer.